La sagesse du corps

Le Focusing : écouter la sagesse du corps

Par Bernadette Lamboy


Quelles relations entretenez-vous avec votre corps ? Comment le considérez-vous ? Plutôt comme un ennemi dont vous vous méfiez ? Comme un instrument utile pour mener à bien votre vie ? Un allié avec lequel vous nourrissez une complicité efficace ?
Je voudrais vous montrer que notre corps est loin d’être une machine, même si elle est bien huilée et obéissante : il est d’abord notre lieu de vie que nous fréquentons en permanence. Ensuite, si nous apprenons à l’écouter et à être en bons termes avec lui, il deviendra notre complice car il va nous aider à réaliser ce qui est bon pour nous et finalement, à nous réaliser nous-mêmes.Il deviendra notre éclaireur, nous apprendrons beaucoup sur nous-mêmes et saurons trouver des réponses créatrices aux questions que la vie met sur notre chemin. Si nous faisons alliance avec lui nous connaîtrons sa sagesse intérieure. C’est cette voie à laquelle nous initie le Focusing (1).

Focusing : de quoi s’agit-il ?

Vous arrive-t-il de vous fier à une impression vaguement ressentie, comme lorsque vous dites « ce truc-là je le sens bien ? » ou au contraire « ce truc-là je devrais le faire, mais je ne sais pas pourquoi, quelque chose me retient» ? Eh bien avec le Focusing nous apprenons à écouter cette sensation particulière qui nous donne envie ou au contraire nous retient, car elle a quelque chose d’important à nous apprendre. Cette sensation au départ est plutôt floue et indéfinissable – on pourrait d’ailleurs l’appeler impression, sentiment vague, dans notre jargon c’est « sens corporel » (2). Mais on aurait tort de la négliger car elle détient des informations précieuses qui vont nous éclairer sur ce que nous vivons réellement, sur comment améliorer les choses et quelle conduite tenir.
A y regarder de plus près, quelle que soit la situation, il se passe dans notre corps quelque chose qui nous fait signe et nous « parle ». Par exemple, vous cherchez un lieu où résider. Observez ce qui se passe : chaque fois que vous visitez un nouvel appartement, vous avez quasi immédiatement une impression qui vous indique comment vous vous sentez dans ce lieu. Cette impression qu’elle soit positive ou négative, vous allez la justifier avec des arguments « valables », mais l’impression en question aura été première et déterminante. C’est à partir de ce genre d’impression que se développe la démarche du Focusing).

Les 6 étapes du focusing

  • Dégager son espace intérieur et se disposer envers soi-même. Prenez le temps de vous installer confortablement dans un endroit tranquille. Évoquez une situation qui demeure présente à votre esprit et n’est pas réglée. Au lieu de tourner et retourner vos pensées dans la tête, portez votre attention dans votre corps (vous pouvez même fermer les yeux) et posez-vous la question : « comment je me sens avec cette histoire ? » Essayez d’accueillir ce qui vient sans jugement.
  • Laisser venir un « sens corporel ». Sans vous arrêter à une émotion en particulier, essayez de sentir la totalité de cette situation. Comment se manifeste-t-elle dans votre corps ? Repérez la sensation particulière en lien avec cette situation (« le sens corporel »), au début ce sera peut-être vague mais essayez de vous en rapprocher, prenez bien votre temps. « Quand je pense à … je me sens… et je sens … dans mon corps ».
  • Définir la « prise ». Tout en restant à l’écoute du sens corporel, laissez venir un mot, une expression, une image qui pourrait caractériser ce sens corporel, par exemple « j’ai une sorte de boule dans l’estomac », « je me sens oppressée sur la poitrine », « ça fait comme un mur devant moi ».
  • Faire résonner la « prise ». Vérifiez que la « prise » s’accorde bien avec le sens corporel et décrivez-la avec encore plus de détails (comme si vous deviez faire un dessin ou la décrire à quelqu’un). Par exemple : « cette boule dans l’estomac, elle est grosse comme ça (montrez avec les mains), elle est lourde, plutôt gris foncé… » « ce qui m’oppresse dans la poitrine, c’est comme une plaque dure, métallique, une sorte de bouclier qui appuie… », « ce mur devant moi, il est infranchissable, il me barre complètement le chemin, …enfin là, à droite, je vois qu’il s’affaisse, je pourrais peut-être le contourner… » Si les choses se transforment, suivez le processus.
  • Interroger la « prise ». Maintenant que vous percevez la prise du sens corporel avec précision, mettez-vous à son écoute. Ne cherchez surtout pas à interpréter, écoutez ce qu’elle a à vous dire en rapport avec votre question de départ : « si cette boule parlait que dirait-elle ? » « Et encore… ? » « Que vous suggère-t-elle pour vous aider à résoudre votre problème ? ». Les mots qui viendront alors à partir de là vous mettront sur la piste d’une solution. Un soulagement, un mouvement intérieur bienfaisant vous indiqueront que vous avez obtenu une réponse juste. Le sens corporel se sera modifié ou aura disparu.
  • Accueillir la réponse. Prenez un peu de temps pour accueillir ce qui vous vient de l’intérieur. Faites de la place à ce que vous dit cette petite voix issue du sens corporel. Et maintenant, comment allez-vous appliquer ce que vous venez de comprendre à votre situation ?

Notre corps nous parle

Nous savons très bien que notre corps nous fait signe, nous ressentons nos émotions, elles se manifestent dans notre corps (observez où et comment se manifeste la colère, la peine, la joie, la déception, la curiosité…). Parfois nous ne le savons que trop lorsque nous sommes submergés par une émotion. Or avec le focusing, nous ne nous en tenons pas uniquement à l’émotion. Une fois celle-ci calmée et mise un peu à distance (voir étape 1), nous allons écouter plus profondément, cette dimension globale de l’expérience vécue appelée sens corporel. Ce sens corporel a deux tonalités : une connotée positivement (sensation d’aise), l’autre négativement (sensation de malaise). Dans le Focusing, nous regardons aussi bien l’une que l’autre avec un regard positif, car il s’agit d’accueillir et de prendre en compte ce qui se vit juste là, dans notre corps. Quelle que soit la sensation, elle vient me parler de moi et me montrer dans quel sens m’orienter pour mieux vivre la situation.
Pratiquer le Focusing c’est une façon de contourner nos circuits habituels de pensée (analyse, réflexions, évaluations, et autres supputations, ruminations,…) pour s’adresser directement au corps qui connait ce qui est bon et juste pour nous. C’est un peu comme si on allait directement à une source d’informations inscrite dans le corps, car en prise directe avec le mouvement du vivant en soi. Cette source est fiable, elle va nous servir de référence et nous renseigner.

Pour en savoir plus

(1) Le Focusing a été initié par Eugene Gendlin, un proche collaborateur du psychologue humaniste américain Carl Rogers qui pratiquait l’approche centrée sur la personne (que ce soit en thérapie ou en pédagogie).
(2) Définition de Gendlin : « Le sens corporel est la sensation globale et vague qui se rapporte à l’ensemble de la situation ».